Nous sommes l'université et la recherche

Accueil » Actualités @ Initiatives » Pourquoi Paris-II-Assas refuse de rejoindre une communauté d’universités

Pourquoi Paris-II-Assas refuse de rejoindre une communauté d’universités

Le Monde.fr | 21.05.2014 à 16h44 • Mis à jour le 21.05.2014 à 19h12 |Propos recueillis par Nathalie Brafman

Le ton est posé et calme. Guillaume Leyte, à la tête de l’université de droit Paris-II-Assas depuis 2012, persiste et signe. Il refuse de rejoindre une communauté d’universités et d’établissements (Comue). En septembre 2013, prémice de cette décision, il avait claqué la porte du pôle de recherche et d’enseignement supérieur(PRES) Sorbonne Universités dans lequel son université était notamment associée à Paris-IV-Sorbonne et Paris-VI-UPMC.

Lire : La création de méga-universités suscite craintes et tensions

Le Monde : Vous êtes le seul président d’une université d’Ile-de-France et l’un des rares à refuser de rejoindre une Comue, l’un des trois modes, avec l’association et la fusion, pour les universités de se regrouper, comme le prévoit la loi votée en juillet 2013. Pourquoi ?

Guillaume Leyte : Pour moi, la Comue est une superstructure supplémentaire[qui chapeautera les établissements qui la composeront] dont les effets seront délétères à tous points de vue. Trop lourde, elle sera peu représentative des enseignants-chercheurs et des personnels et risque fort de ne représenter ni les établissements qui la composeront, ni les disciplines. Par ailleurs, le risque de surreprésentation des gros établissements est patent. Tout cela conduira à beaucoup de frustration pour tout le monde.

Vous êtes à la tête d’une grande université de droit, aviez-vous peur d’êtrenoyé dans un grand ensemble ?

Oui, absolument. Sans vouloir stigmatiser un établissement en particulier, Assas compte 350 enseignants-chercheurs, il y en a quelque 2 000 à Paris-VI-UPMC.

Quelles ont été vos relations avec le ministère de l’enseignement supérieur ? Certaines universités se sont plaintes de pressions de la part de la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Dgesip), en avez-vous subies ?

La pression du rectorat de Paris a été très forte lorsque j’ai décidé de sortir du PRES Sorbonne Universités. Puis, en novembre 2013, lorsque je suis allé voir la Dgesip pour parler de l’avenir de mon université au cas où je refuserais d’entrer dans une Comue, on m’a fait comprendre qu’il n’y avait pas d’autre alternative.

Avec quels arguments ?

Aucun, sinon que c’était la loi. J’ai alors organisé une table ronde avec des professeurs de droit public qui ont lu attentivement le texte. Ils sont arrivés à la conclusion qu’il y avait d’autres voies possibles. Pour l’anecdote, peu de temps après, Geneviève Fioraso [secrétaire d’état à l’enseignement supérieur et à la recherche] a envoyé une lettre aux présidents d’université précisant qu’il y avait bien trois modalités possibles : l’association, la fusion, la Comue. Conclusion : nous sommes dans un abus de droit total de la part de la Dgesip, or ce n’est pas elle qui fait la loi, mais le législateur.

Une pétition a été lancée, des assemblées générales ont lieu, des motions sont votées… Comment expliquez-vous cette mobilisation, surtout en Ile-de-France, contre les Comue ?

Nous sommes à deux mois de l’échéance [la loi sur l’enseignement supérieur votée en juillet 2013 a donné un an aux universités pour se regrouper], les gens commencent à paniquer. Il y a une prise de conscience du risque de disparaîtredans des structures qui n’ont pas d’histoire, pas de visibilité et qui ne joue que sur l’idée de masse. 

Lire aussi : La nouvelle fronde des enseignants-chercheurs

Ne craignez-vous pas d’affaiblir votre université en termes de collaborations universitaires ou tout simplement de capacité de financement… et d’être finalement « puni » pour avoir pris cette décision ?

Nous sommes un établissement public, nous remplissons toutes les missions qui incombent aux universités. Nos taux d’insertion professionnelle sont parmi les meilleurs de France et atteignent 95 %. Est-ce que nous allons être punis comme des sales gamins parce qu’Assas opte pour une solution prévue par la loi ? Nous ne sommes pas hors-la-loi.

Quels sont vos projets ?

Nous avons opté pour l’association. Mais forcément comme nous sommes un peu seuls, il n’y a pas beaucoup de filles à marier ! Néanmoins, nous étudions deux possibilités : soit une association avec l’Institut catholique de Paris, soit avec Sorbonne Universités.

La première nous permet de garantir notre autonomie. Sur le plan de la formation, elle nous permettrait d’établir des collaborations sur les formations d’info-com, detravailler ensemble avec leur réseau à l’étranger ou tout simplement sur des questions de vie étudiante, comme le logement.

Par ailleurs, le montage administratif nous permettrait d’être porteur du contrat. Et nous travaillons sur des conventions de formation de recherche avec HEC et Centrale. Et ces deux établissements sont, eux, dans la Comue Université de Paris-Saclay. L’autre option avec Sorbonne Universités implique que les statuts de la Comue soient approuvés. Et ensuite, il faudra que le contrat d’association soit très protecteur pour Assas.

Que disent vos enseignants-chercheurs ?

Sur la Comue, il y a un rejet quasi-unanime, ils n’en veulent pas et préfèrent l’association. C’est plutôt sur le choix du partenaire que les opinions divergent. Il y a deux courants aujourd’hui : une partie d’entre eux est réticente à l’idée d’une association avec l’Institut catholique de Paris, parce que les partenaires naturels d’une université sont publics. Par ailleurs, certains craignent une telle association pour des raisons d’affichage.

Et vos collègues présidents d’université ?

A mon avis, ils sont à la fois effarés et envieux. Ils ne voudraient pas être à ma place tout en souhaitant quand même y être un peu !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :