Nous sommes l'université et la recherche

Accueil » Actualités @ Initiatives » chère Autonomie

chère Autonomie

 

Chère autonomie !

 

Pavane pour une insurrection sémantique

 

Chère autonomie. Cri de guerre et mot d’ordre indiscuté d’un temps où il allait de soi que les mots avaient un rapport avec les choses (un rapport qu’il fallait faire vivre…) quand on pensait – il y a 40 ans, avant-hier – que les mots avaient un sens souvent caché (qu’il convenait de dévoiler…). Simple constat de principedepuis la loi Faure – c’était hier -, un constat auquel beaucoup tentèrent à Paris 8 de donner des traductions différentes mais convaincues au fil des ans. Antiphrase d’aujourd’hui – avec la loi LRU – lancée ailleurs par certains qui jouent avec des mots en lesquels ils ne croient pas.

Sésame ouvrant autrefois magiquement le champ des possibles au milieu d’un bois, l’autonomie s’est faite aujourd’hui sous les ors des ministères la perversion affirmée d’une liberté qui est celle des poules libres face au renard libre dans le poulailler libre.

Chère autonomie… N’est-il pas temps de reparler de toi ? Pour dire les libertés que tu nous as données et qui répondent point par point à celles que l’on entend désormais nous prendre : la liberté d’organiser notre travail comme nous l’entendons et d’accueillir quiconque entend partager cette expérience (c’est cela que l’on nomme l’autonomie pédagogique), la liberté donnée à chacun de chercher ce qu’il veut avec ceux qui ont pris la même voie (c’est cela que l’on nomme l’autonomie « académique »), la liberté de dire les désaccords en même temps que les accords (c’est cela sans doute qui permet que la confiance l’emporte sur la suspicion), la liberté de préférer le nous au je (c’est cela sans doute que l’on appelle l’autonomie collégiale et responsable), la liberté d’inventer sans être sûr d’avoir raison et celle de continuer malgré ses erreurs (c’est cela qui permet une autonomie d’expérimentation), la liberté enfin d’imaginer de nouveaux mots pour dire ce que tu étais et que faire de toi sans jamais se contenter de ce que tu apportais en héritage.

Chère autonomie… Ce n’est pas parce que d’aucuns t’utilisent à mauvais escient qu’il faudrait pour autantrenoncer à toi. Ce n’est pas parce qu’il sera toujours difficile de dire ce que tu es qu’il serait acceptable de t’ignorer. Ce n’est parce que les uns mentent sur ton compte que les autres ont raison, mais c’est parce que ceux-ci disent le faux que ceux-là ne peuvent se taire. Chère, chère autonomie… Tu as un prix qui pourtant ne se mesure pas en termes de coûts ou de budgets globaux, de compétences si élargies soient-elles, de concurrences entre tous et d’évaluation de chacun. Ton prix ce sont celles et ceux qui vivent ici qui l’arrêtent, c’est celui qu’une université donne au fait d’être pareille aux autres mais aussi différente de toutes parce qu’elle tente à chaque moment de rester elle-même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :