Nous sommes l'université et la recherche

Accueil » Sondage

Sondage

En préparation de l’AG du 10 Juin 2014, participez dès maintenant à notre enquête sur la réforme de l’ESR afin de réfléchir collectivement aux propositions que nous souhaitons soutenir.

Vous obtiendrez juste après la page des résultats intégrant votre vote dans un classement des items en fonction du nombre de votants qui se sont prononcé pour chacun d’eux. De cette façon, vous participerez à la hiérarchisation des priorités pour l’enseignement supérieur et la recherche.

Réfléchissez bien au nombre d’items que vous choisissez sachant que ceux là remonteront ainsi dans le classement collectif. Nous ajoutons au fur et à mesure des items que vous avez proposés et qui sont remontés par vos votes.

Pour ne pas biaiser le résultat final de cette enquête-adunation, la liste des items a été fixée définitivement à la date du 5  juin 2014 et est demeurée inchangée ensuite. 

 

Pour voir l’état actuel du classement actuel, vous pouvez cliquer à droite  de « Vote » sur « View Results »

Par défaut du système, l’indication en bas de la page des résultats indique ainsi le 9 juin    « Total Votes: 10.547 ». Ceci mesure en fait le nombre de propositions qui ont été choisies par vote. La proposition la plus haute a reçu 554 votes. Le nombre (qui sera actualisé manuellement chaque semaine à partir des statistiques internes du serveur) de visiteurs ayant validé un formulaire de vote est au même moment: 772.

 

Répondez en un clin d’oeil ci-dessous !

 

 


35 commentaires

  1. Christian Azaïs dit :

    Rajouter : permettre des passerelles plus fréquentes entre les carrières de chercheur-e et d’enseignant-e-chercheur-e

    • Sophie dit :

      Je ne trouve pas cela juste… nous devrions plutôt enlever les passerelles existantes qui permettent aux chercheurs de passer dans le corps des enseignant-e/Chercheur-e-s. En général, les 100% chercheurs (INSERM/ CNRS ou autre) demandent le poste de Professeur à l’Université…. Pourquoi auraient-ils le droit d’en faire la demande alors que son collègue enseignant/chercheur a enseigné toutes ces années en L1, L2 et L3 voire M1 et/ou M2 (travail fastidieux qui demande tellement de temps)? temps consacré à l’enseignement, temps « perdu » pour la recherche (gardons à l’esprit que les nouvelles générations de scientifiques sont formées grâce aux enseignants-chercheurs..). Cependant, l’enseignant-chercheur est principalement évalué sur ses publications (laissons le mot « qualité » de côté pour le moment..) et non sur sa manière d’enseigner… Permettre des passerelles plus fréquentes aux 100 % chercheurs reviendrait à fermer les portes aux enseignants-chercheurs de devenir un jour Professeur alors que ceux sont eux qui ont enseigné pendant toutes ces années… Ce n’est donc pas juste..

  2. Roux dit :

    Donner leur indépendance aux B.AI.P. loin de l’orientation .

  3. Igor Babou dit :

    Il ne faut pas se laisser enfermer dans le pragmatisme qui nous est imposé tant par le ministère que par les centrales syndicales. Ce dont l’université et la recherche on aussi besoin, de manière tout aussi urgente que d’emplois et de financements, c’est d’utopies. Nous avons un besoin urgent de restaurer ce qui nous est confisqué quotidiennement : la possibilité d’une pensée critique, et réflexive, qui ne se contente pas d’un ajustement utilitariste des formations et des recherches à des demandes sociales fantasmées par des bureaucrates qui ne nous représentent pas.

  4. Blanc Guillaume dit :

    Enseignants-chercheurs :
    * permettre la mobilité (changement d’université)
    * reconnaître l’enseignement dans l’évolution de carrière
    * diminuer la charge d’enseignement

  5. […] dans le cadre du débat sur l’ESR, vous pouvez participer au sondage initié sur notre blog (https://groupedu4avril.wordpress.com/sondage/), ainsi que soumettre de nouvelles propositions au vote, afin que chacun puisse participer à la […]

  6. Marri dit :

    Offrir de réelles passerelles entre monde du travail et recherche académique quelque soit l’âge des doctorants.

  7. Rajouter :
    – Élection proportionnelle directe des conseils et présidence d’université en 3 collèges électoraux (enseignants & chercheurs, Biatoss, Etudiants)
    – Limitation à un avis consultatif des « personnalités extérieures » nommées par la présidence d’université dans les conseils
    – Retrait de l’agrément d’utilité publique à la Conférence des Présidents d’Université
    – Refus de toutes les formes de fusions d’universités et de toutes les formes de préparation de telles fusions
    – Suivi statistique du ratio « nombre d’étudiants / nombres de salariés » dans tous les établissements publics, y compris filières sélectives
    – Transparence des statistiques d’utilisation des outils numériques dans l’ESR, notamment des taux d’abandon en pédagogie numérique
    – Retour aux universités des budgets des IdEx, EquipEx, AERES/HCERES, ANR, ComUE, Campus France, Campus numériques, etc….
    – Retrait du Décret-Pécresse (& Fioraso) sur l’évaluation des enseignants-chercheurs

    Et merci pour tout ce travail !!!
    Jérôme

    • c’est possible de soumettre (de manière plus concise) certaines de ces propositions au vote dans l’enquête https://groupedu4avril.wordpress.com/sondage/

      en votant ajouter une proposition dans « other » nous pouvons la valider ensuite comme cela a été déjà été le cas pour d’autres !

      • Petites observations techniques :
        – Il n’y a qu’une seule case « others »… donc pour entrer plusieurs propositions, il faut remplir cette case et voter plusieurs fois => problème : cela fait monter artificiellement le pourcentage de la case « others » dans les résultats.
        – Je viens, pour tester, de revoter sur le formulaire en choisissant « Abroger la LRU » 😉 … alors que j’avais déjà voté sur le formulaire avec cet item parmi d’autres : or le système accepte ce second vote, ce qui signifie qu’il n’identifie pas le votant et autorise les « bourrages d’urnes »
        – Ce serait bien que les votants aient connaissance ex-ante de l’existence de la page « résultats » qui apparaît sur la même URL seulement ex-post, après que l’on ait voté.

        • en principe nous avons bloqué le second vote par adresses IP et par cookies. as tu voté depuis le meme ordi ? moi je n’y arrive pas. ou bien avais tu voté sur le premier sondage « test » ?

        • Bin voui… je viens d’ailleurs de revoter une troisième fois pour « Abroger la LRU » (ça va bien finir par marcher… à force de cliquer !) et le vote a de nouveau été accepté…

        • alors je ne sais pas car moi je ne peux plus voter depuis chez moi. et dans les preferennces du sondage voici ce qui est indiqué
          RÉPÉTEZ LES ÉLECTEURS
          Ne bloquez pas le vote à répéter
          Block par cookie (plus sûr)
          Block par Cookie & adresse IP

          c’est le dernier choix qui est fait

          anyway, je peux demander à nettoyer les adresse IP qui ont voté plusieurs fois.

        • Tout va bien : effectivement, il n’y a pas de « bourrage d’urnes » possible ; je viens de vérifier en revotant deux fois sur le même item, effectivement le compteur n’intègre pas mes votes supplémentaires.

          C’est moi qui m’était trompé en interprétant de façon erronée à chaque fois la phrase : « Thank you, we have already counted your vote » comme signifiant nous avons accepté votre dernier vote et venons de l’intégrer dans le résultat ci-dessous…

          Mais vérification faite, le compteur bloque effectivement les votes supplémentaires… donc le sondage est clean ! C.Q.F.D. 🙂

          Il ne reste donc plus à lui faire la plus grande publicité pour faire augmenter le plus possible le nombre de votants !

          A+
          JV

        • super. merci en tout cas de ta vigilance !! c’était bien de vérifier ce point.

  8. Michelle dit :

    Voici un extrait des propos de Mr Hollande lors de sa campagne :
    “Je réformerai les premiers cycles universitaires, en décloisonnant les filières à l’université afin d’éviter une spécialisation trop précoce des étudiants, en renforçant les passerelles entre toutes les formations du supérieur, notamment entre universités et grandes écoles

    Je créerai une allocation d’études et de formation sous conditions de ressources dans le cadre d’un parcours d’autonomie. J’encadrerai les stages pour empêcher les abus

    L’unification des premiers cycles »

    J’ajoute les propos suivants pour augmenter le taux de réussite des étudiants : La gestion du LMD a été catastrophique, aboutissant à une multitude de cursus largement monodisciplinaires sans réflexion pédagogique.
    Avant de se lancer dans des développements variés sur l’orientation, l’organisation, etc… Il faut commencer par revoir des points matériels de base (calendrier, contrôle continu, défragmentation de l’enseignement, constitution de classes, etc…): on sait que de tels changements suffisent pour faire passer le taux de réussite de 30% à 80%. Ensuite, on pourra discuter.
    Pourquoi ne pas mutualiser toutes les dépenses pour toutes les filières de l’enseignement supérieur. ? et veiller à ce qu’il n’y ait pas de gaspillage.

    Je terminerai en insistant sur la création d’IES préconisés par P. DUBOIS où les programmes des formations sont fixés au niveau national. La spécialisation est progressive au fil des 3 années de licence. Pour les voies longues, des doubles licences, des parcours différenciés peuvent être organisés par co-décision des IES et de l’université de la Région.

    A quand une vraie réforme profonde de l’Enseignement Supérieur ?

  9. Jean Gardin dit :

    0000100110000110001000000001111
    No way, désolé… je ne coche plus rien. Je souffre assez des écrans pour lire, écrire, gérer, bref, bosser… dans un sentiment d’irréalité complète. Je n’ai pas envie que le petit souffle de liberté que procure la pensée critique et le militantisme passe maintenant en binaire. J’imagine que vos résultats de sondages seront rachetés par une quelconque entreprise spécialisée dans la recherche des patterns idéologiques propres aux salariés de l’ESR… à condition qu’elle s’intéresse aux small datas aussi bien qu’aux big.
    Bonne chance à vous
    0001000000110011000000111101010

  10. Gauche dit :

    Pour les disciplines comme la gestion, prendre en compte les activités en entreprise dans le parcours de l’enseignant-chercheur.
    D’une manière générale, faciliter les passerelles de l’entreprise vers la carrière d’enseignant chercheur et valoriser ces activités en entreprise

  11. Laurent dit :

    En regardant la page des résultats, on constate, sauf erreur, que le pourcentage attribué à chaque proposition est le quotient
    (nombre de clics sur la proposition) / (nombre total de clics)
    ce qui est absurde ! Le score intéressant serait
    (nombre de clics sur la proposition) / (nombre de votants)
    … mais le nombre de votants n’est pas indiqué.

  12. Chloé dit :

    A rajouter aussi: Supprimer le titre de ‘MCF’ et créer 4 échelons de professeurs d’université

  13. Serge SURIN dit :

    Des suggestions qui ne sont pas exprimées dans la liste des propositions :

    1) Traiter les doctorants non contractuels sur un pied d’égalité avec les doctorants contractuels quand ils font un travail sérieux (en termes de formation et participation dans les activités administratives et scientifiques).

    2) Rémunérer mensuellement les chargés de travaux dirigés en supprimant le paiement semestriel de leur traitement (cela leur permettra si besoin de coupler leur rémunération avec le RSA activité).

    3) Obliger les enseignants à avoir la garantie d’un minimum de sérieux à propos d’une personne souhaitant s’inscrire en thèse et à assurer un vrai suivi d’un nombre limité de doctorants (le respect et la qualité scientifique du travail de l’université en dépendent). L’enseignant ne devrait pas prendre en thèse un doctorant s’il ne sait pas ce que celui-ci fait en dehors de l’université s’il n’est pas en contrat doctoral. Ainsi, un CV détaillé du doctorant doit être remis à son directeur de thèse de manière à mieux permettre à celui-ci d’aider le doctorant à la recherche d’un financement ou d’un emploi qui ne l’éloigne pas trop de son champ de recherche.

    4) Rendre obligatoire l’engagement personnel de chaque doctorant dans les travaux scientifiques des laboratoires de recherche et des écoles et obliger ces instances à les intégrer le plus possible, sauf cas particuliers des doctorants travailleurs (là encore la relève ou le renouvellement des cerveaux de l’université en dépend).

    5) Mettre en place des comités de sélection impartiaux au sein des écoles doctorales et des laboratoires de recherche pour la participation des doctorants aux activités administratives et scientifiques de ces instances afin d’éviter que les dirigeants de ces instances favorisent certains étudiants au détriment et en délaissant d’autres. Ainsi, des limitations dans le temps de la prise de fonction au sein de ces instances par les doctorants pourraient être prévues afin de permettre aux doctorants plus anciens de passer le relai aux nouveaux doctorants et ainsi créer un pont entre chaque génération de doctorant.

  14. Huault dit :

    Revoir le principe de nomination au sein des sections CNU : un tiers des membres est aujourd’hui nommé par le ministère qui s’est servi de cette procédure par le passé, dans certaine sections, pour renverser le résultat issu des urnes (et non dans un objectif de rééquilibrage disciplinaire ou géographique). Demander à ce que les membres soient désignés par le Ministère sur proposition de chacune des listes, au prorata du nombre de voix obtenues à l’issue du scrutin.

  15. Laforge Bertrand dit :

    Bonjour,

    En soutien à la proposition « autre » que j’ai faite concernant la mise en place d’un contrat étudiant. Je vous mets en lien une note de synthèse étudiant l’impact d’une telle mesure sur le chômage mais aussi sur la manière dont ce contrat permettrait de relancer l’innovation dans les PME-PMI et relancer l’interaction de l’Université avec son environnement sociétal :
    https://www.dropbox.com/s/k60fs81ievodez9/TravailEtudiant.pdf

    Cordialement,
    Bertrand Laforge

  16. tchapaiev dit :

    Chères et chers collègues ,
    Je dois dire que je trouve cette idée à la fois intéressante et très préocupante ; elel aboutit de fait à trier entre des exigencies qui sont légitimes , ne fait pas projet ; et l’un des intervenants l’a dit sous une autre forme en attaquant les bureaucraties syndicales ; je suis un syndicaliste (SNESUP ) de la première heure et je pense qu’il est nécessaire d’avoir une utopie créatrice ;mais cette consultation n’y contribute hélas pas ; elle tronçonne, oppose et au bout du compte est d’une grande sagesse vis à vis du montre bureaucratique ajouté par Fioraso à l’édifice déjà fourni par Sarkozy-Pécresse; partons des MISSIONS ET DES EXIGENCES DE NOTRE METIER pour en tirer les grandes lignes d’un ESR de la renaissance des savoirs plutôt qu’une modification nécessairement bien pauvre de l’existant ; néanmoins par les temps qui courent , toute initiative est bonne à prendre ; il faudrait voir plus grand et plus large BIEN CORDIALEMENT OLIVIER GEBUHRER

  17. Adrien Fauré dit :

    C’est bien de pouvoir faire des suggestions, mais là il y a quatre ou cinq fois la même proposition, ou presque, de réforme du CIR… Ça fausse un peu le décompte, non ?

  18. Johne119 dit :

    Great, thanks for sharing this blog.Really thank you! fcaededbeccd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :